DÉCORATION

Agencement d’une maison au Jardin Public Bordeaux

Cet appartement de 300m2 en forme de U à deux pas du jardin public tourne autour d’une cour intérieure très lumineuse dans une petite rue calme et paisible
La rénovation a été confiée à Claude de BOYSSON architecte d’intérieur.
La très grande entrée donne le ton même si le ressenti y est plus ethnique que dans d’autres pièce. Le mélange de sophistication et de brut, de raffinement et de simplicité fait la personnalité du lieu. La banquette Barcelona de MIES VAN DER ROHE côtoie sans complexe des terres cuites ou des masques camerounais.
Toujours dans l’entrée prise en second jour en étau entre cuisine et séjour, un meuble bar de ALDO TURA en parchemin laqué des années 50 dégage un esprit voyage très Vuitton.
Le blanc est absent des murs, remplacé par un gris beige caramel très terrien. Il se décline d’une pièce à l’autre ; du tabac au vert olive en passant par un gris bleuté. Tous les murs ont été teinté en harmonie avec la couleur des tissus, des canapés et des fauteuils.
Un relooking a été fait pour moderniser l’appartement de style 19° siècle.
Toutes les portes à petits carreaux de l’enfilade des 3 salons et de l’entrée ont été enlevées, les encadrements de portes en bois ont été retirés et remplacés par des tours de porte en plâtre permettant de faire communiquer toutes les pièces. L’espace de réception ainsi obtenu occupe aujourd hui une surface de 150m2.

Le plancher d’origine a été recouvert d’un bois plus contemporain, du wengé brut réunifiant le nouvel espace.
Dans le salon – salle à manger, des portes fenêtres ouvrent sur la rue, un balcon offre à voir quelques buis et oliviers. L’immense canapé lilas a une élégance folle, la généreuse table ronde en chêne cérusé et blanchi n’a rien à lui envier.
Sur le mur opposé, l’attention est happée par la dévorante peinture du peintre catalan Augusti Puig, calvaire au féminin.
Le très large couloir renferme quelques trésors : toiles d AGUILA, de Gilles OLRY, de JO BROUILLON, de RENO.
La partie nuit est plus dépouillée. On y accède par un interminable couloir.
Les salles de bain ont été refaites entièrement avec un carrelage marron ébène sur les murs et le sol avec des meubles vasques en chêne blanchi.
La chambre parentale est ouverte sur la nouvelle salle de bain par un mur de verre permettant d’agrandir la chambre et la salle de bain tout en amenant de la lumière. La chambre – salle de bain a de faux air de loft New Yorkais, les codes bourgeois sont malmenés, la chambre se fait suite, l’aventure est ici au bout du couloir, au coin de la rue…
L’ensemble du mobilier se trouve en vente sur le site de l’agence De Boysson Design.